Accueil > Archives > 2010 > La Loire de Blois à Chambord : descriptif

Cyclo-Randonneurs-Blésois

La Loire de Blois à Chambord : descriptif

lundi 18 janvier 2010, par POULLEAU Alain

La LOIRE

Dernier fleuve sauvage d’Europe, elle prend sa source au Mt Gerbier-de-Jonc (1408m). Le plus long fleuve de France, 1020 km. D’une largeur moyenne de 300 mètres à Blois. Elle n’est plus naviguée depuis 1846, avec l’arrivée du chemin de fer.
Le Parcours

  • Départ du parc des Mées, (possibilité de stationner les voitures ).
    Il faut prévoir de partir de bonne heure le matin afin de profiter du réveil de la faune de la Loire, l’été entre 7h30 et 9h30. Retour à Blois de midi à 17h suivant les participants.
  • Partir par la levée des tuileries, petite route sans voiture, très arborée qui suit la Loire par la rive droite.
  • La Chaussée St Victor

A noter au passage, le cimetière où est enterré un homme célèbre, Marcel ACHARD, de son vrai nom Marcel Augustin Ferréol, dramaturge et écrivain français.

Né le 5 juillet 1899 à Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône), mort le 4 septembre 1974 à Paris, il préféra cependant la tranquillité du cimetière des bords de Loire, de La Chaussée-Saint-Victor.

Il fut élu à l’Académie française, le 28 mai 1959, au fauteuil numéro 21. Son talent, sa gaieté, son brio et son regard de myope derrière de grosses lunettes rondes lui avaient conquis 17 voix. Il fut reçu par Marcel Pagnol, le 3 décembre 1959.

Passage sous le pont de chemin de fer de l’ancienne ligne Blois-Romorantin, ce pont ayant été détruit au cours de la seconde guerre mondiale.

  • Saint Denis sur Loire (Saint-Denys-les-Blois)
    • Ancien établissement thermal en 895. Ce village portait le nom de Voginant. La famille des Hurault possédait un manoir. La fontaine médicinale, les triples sources, Médicis, Reneaulme et Henri IV. L’établissement d’hydrothérapie sera réhabilité en 1807.
    • Village de Bernard LORJOU (1908-1986), né à Blois. A partir de 1956 il se retire et termine sa vie à St Denis. Peintre, sculpteur, graveur et céramiste, il est indéniable que Lorjou fait partie des artistes les plus importants du siècle.
    • Le château de St Denis, splendeur du XVIIIéme, son magnifique parc.
      Continuer sur le chemin très boisé qui longe la Loire jusqu’au parc du château de Ménars, penser à se retourner pour un très joli coup d’œil sur le village de St Denis sur Loire.

En partant de bonne heure, on trouvera à cet endroit une vue exceptionnelle du soleil qui se lève sur la Loire.

  • Ménars

Longer le mur du parc de Ménars pendant trois kilomètres, sur un petit chemin qui nous permettra de rouler au milieu de la faune ligérienne qui s’éveille : lapins, oiseaux, éventuellement chevreuils.

Au cours de ce parcours, on apercevra le château de Ménars

  • Cour sur Loire

Arrivée dans le village de Cour sur Loire, ancien port ligérien, situé à la confluence de la Tronne et de la Loire.
La fontaine Sainte Radegonde, l’église St Vincent, le clocher de type romain, les vitraux « Renaissance ».

Le château du XVème, flânerie dans les ruelles, la maison du XVIème ayant appartenu à Nina Ricci, les repères des crues de la Loire (1846, 1856, 1866), le lavoir et sa girouette qui représente une gabarre, ne pas oublier d’admirer le panorama environnant.

  • La Nuzée et Fleury

La suite du parcours propose une variante, en fonction de l’intérêt des participants

    • soit, pour les amoureux de la nature, on empruntera un petit chemin très bucolique, qui suit la Loire, où on roulera tout à fait au bord de l’eau pendant deux kilomètres, chemin sur lequel on accèdera par une petite passerelle.
    • ou alors nous continuerons par le village de Cour sur Loire.

Dans les deux cas, on arrivera au lieu-dit « la Nuzée » où nous pourrons découvrir les moulins de la Motte et de Rochevet, ainsi que le manoir « de la Motte » ancienne demeure seigneuriale du XIIIème, avec douves et fortifications.

  • Suèvres

Reprise de la route pour un bon kilomètre afin d’arriver à Suèvres.
La maison d’Agnès Sorel (1422-1450), favorite de Charles VII, la dame de beauté.

Suèvres était au XIème siècle, un village fortifié, remarquer les tours de fortifications et la porte de Gastines, l’ancien pont levis avec ses meurtrières qui sont encore visibles.

Le lavoir de Gastines date de la seconde moitié du XIX ème.
Visite du village avec ses nombreux moulins, ses ruelles et jolies maisons au bord de la Tronne, le moulin de Rochechouard, le moulin Pont etc.
… tout ceci rappelle une petite cité lacustre bien connue, où nous pourrons faire une pause casse-croûte et apprécier quelques produits locaux.

  • La digue, Muides

Continuer à pédaler sur la digue pendant six kilomètres, afin d’accéder au pont de Muides pour franchir la Loire.

  • Saint Dyé sur Loire

Quitter Muides en empruntant le joli chemin ligérien qui nous mène à St Dyé. (nous ne prenons pas la piste balisée des châteaux à vélo…).

Trois kilomètres, plus loin nous arrivons à St Dyé, très joli village ligérien situé la rive gauche de la Loire.

A noter, le port de déchargement ou ont été acheminées par la Loire, les pierres pour la construction du château de Chambord.

Magnifiques ruelles, la rue et le Clos St Sauveur, les pigeonniers, la maison de la Loire avec l’ancre marine découverte ensablée, à côté du pont Jacques Gabriel à Blois par les sapeurs-pompiers.

Si besoin, quelques commerces de restauration à votre disposition.

  • Le parc de Chambord

Empruntant une piste de 4 km au milieu des bois, nous entrons dans le parc de Chambord par la porte de St Dyé. Véritable plongée dans l’univers nature du parc.

Entouré par un mur de clôture de 32 km de long, ouvert par 6 portes, le domaine représente, avec ses 5440 hectares, la surface de Paris. Il est aujourd’hui le plus grand parc forestier clos d’Europe où vivent en liberté, cerfs, biches, sangliers, mouflons etc.

  • Le château de Chambord

Au détour d’un petit chemin se dévoilera la merveille architecturale de la région, le château de Chambord dans tout son éclat.
De retour de sa victoire de Marignan, influencé par l’architecture italienne de la Renaissance, François 1er lance en 1519 l’immense chantier du château de Chambord.

Voulu comme un relai(s) de chasse, Chambord possède une architecture qui en a fait le château de toutes les démesures : 156 m de long, 56 m de haut, 77 escaliers, 282 cheminées et 426 pièces. De tous les matériaux utilisés pour cette construction, c’est le tuffeau qui attire l’œil du visiteur, pierre calcaire, à la fois tendre et fragile.

François 1er ne séjourna à Chambord que 72 jours en 32 ans de règne. Il ne verra pas l’achèvement de son œuvre, à sa mort en 1547, seuls le donjon et l’aile royale sont terminés. Son fils Henri II et Louis XIV, également passionnés de chasse, donneront à Chambord l’allure que nous lui connaissons aujourd’hui.

Nous ferons le tour du Cosson, afin d’admirer Chambord sous toutes ses faces et une pause pour profiter au maximum de ce lieu magique, possibilité de restauration légère sur place (crêperie, salade, sandwich).

  • Huisseau sur Cosson

Nous reprendrons la piste dans le parc de Chambord, que nous quittons par la porte de la Chaussée le Comte, nous passons devant la magnifique porte de Saumery, avant d’arriver à Huisseau sur Cosson pour admirer le pont du Cosson.

  • Château des Grotteaux et retour

Rouler quelques centaines de mètres sur la route pour gagner une nouvelle piste cyclable qui nous mènera au château des Grotteaux et son moulin sur le Cosson. Joli manoir du XVIIe siècle, bâti par Guillaume Ribier conseiller d’état de Louis XIII en 1620. Grotteaux vient de Crotteaux qui signifie en vieux Français, les rochers ou les pierres.

Le retour se fera par Vineuil, Pimpeneau et la piste cyclable pour gagner le Pont Charles de Gaulle.

Ceci nous permettra d’arriver à Blois vers le milieu de l’après midi en conservant un souvenir inoubliable de la Loire, ses villages et ses châteaux.