Accueil > Archives > 2007 > Michel Arnoult

Paris - Pékin à vélo : “ l’envie de découvrir ”

Michel Arnoult

Contenu de l’article paru dans la Nouvelle République du vendredi 16 novembre 2007

vendredi 16 novembre 2007

Michel se prépare depuis plusieurs mois pour le Paris - Pékin, « sans forcer, l’essentiel est de maintenir la forme. »

12.420 kilomètres, douze pays, quatre mois et demi à pédaler. Michel Arnoult partira le 16 mars de Paris et compte arriver la veille de l’ouverture des jeux Olympiques.

Depuis deux ans qu’il est à la retraite, Michel en profite « pour rattraper le temps perdu. » Et il faut croire qu’il avait accumulé un sacré retard. Le 16 mars prochain, il prendra la route de Pékin, à vélo, « une belle aventure, » résume t-il. Michel Arnoult appartient à la catégorie des sportifs inclassables, hors pelotons. Ce Blésois d’origine, toujours en balade, curieux de découvrir les gens et leur pays, préfère dire qu’il a donné, et donne volontiers encore, dans le vélo et la marche. La longue randonnée du Puy à Compostelle, dernier challenge en date, lui a enseigné la qualité des cheminements en solitaire et le sens de l’effort à l’extrême. « L’an dernier, j’ai appris que la Fédération française de cyclotourisme mettait sur pied son premier et sans doute unique Paris - Pékin. » Michel se porte candidat, ils sont trois cents en France à faire la démarche, tous chevronnés de la bicyclette. Il franchit la première sélection avec succès, ses nombreuses participations aux semaines fédérales et ses fonctions d’animateurs dans des structures départementales et régionales lui fournissent de bons atouts. « J’ai solidement motivé ma candidature, il fallait ensuite répondre à toutes les conditions médicales. » Quinze jours pour faire le grand bilan, prise de sang, électrocardiogramme, vaccins et brevet de secouriste. « Je suis retenu, départ le 16 mars ! »

Quinze jours sur place

Une véritable expédition que ce Paris - Pékin. Les cent participants disposeront d’un vélo spécialement conçu pour ce raid par la société tourangelle Cyfac. Trois véhicules d’intendance formeront le convoi partagé en cinq groupes de vingt personnes, le tout sous l’autorité d’un chef d’expédition, ancien militaire de carrière qu’on imagine bien expérimenté dans les raids de toutes sortes. L’hébergement est prévu en auberges, hôtels, campings ou bivouacs. « Quatre équipes de reconnaissance nous ont préparé le chemin. Nous resterons quinze jours à Pékin, une première semaine pour visiter la ville, et la seconde pour assister aux épreuves des jeux Olympiques, c’est compris dans notre inscription, et nous accompagnerons la flamme le 31 juillet. »

Seul cyclotouriste du département à participer à cette aventure, Michel aura peut-être le plaisir de rejoindre à Xian, la ville des soldats de pierre enfouis, un groupe de jeunes des écoles de cyclotourisme de France, dont un de l’école d’Orchaise qu’il parraine.


Voir en ligne : Le site de la Nouvelle République


Cet article est signé Henri LEMAIRE