Accueil > Archives > 2012 > Hommage à Achille par Guy Jarry en 1994

Après la disparition d’Achille Chataigner

Hommage à Achille par Guy Jarry en 1994

mercredi 28 novembre 2012, par JARRY Guy

Mots adressés lors de l’AG   de novembre 1994 à Achille Chataigner pour son départ de la Présidence du Codep41   (de 1989 à 1994) par le président fondateur du codep41   : Guy Jarry

C’est en 74
Que le CODEP   est né
Et si j’en suis le Père
Point de Mère il n’y avait
 
Alors vous me direz
Comment dans un tel cas
D’un aussi beau moutard
Qui donc en accoucha
 
Ne cherchez surtout pas
Puisque je vous assure
Il y a bien d’autres cas
Dont s’occupe la nature
 
Du fait de cette naissance
Il fallut un bureau
La recherche fût rapide
On était peu de cyclos
 
De cette époque lointaine
Il nous reste , et c’est beau
Guerineau, Emonet
Et l’Ami Gaulandeau
 
Contrairement à l’humain
CODEP  , de suite a su marcher
Et pour ses premiers pas
Plusieurs Clubs à crée
 
Entre autre et parmi eux
Celui de la Chaussée
Ou il trouva de suite
Le copain Chataigner
 
Qui prit à ce moment
Le rôle de Président
Ce qu’il assure encore
Après 17 printemps
 
Non content de couvrir
Ce bail exceptionnel
C’est en 89 qu’il prit
Le CODEP   sous son aile
 
Quand je dis sous son aile
Ce ne sont que des mots
Car il fit un adulte
De ce joli marmot
 
Comment vous présenter
Le travail accompli
Par cet homme si dévoué
A la cause d’autrui
 
Reconnu par ses pairs
Comme un type épatant
Diplomate et gentil
Même par le gros temps
 
Et s’il fut un moment
Où il l’a démontré
C’est dernièrement à Mer
Au milieu de l’été
 
La semaine Fédérale
Était un gros morceau
Où, efficace et discret
Il fit un gros boulot
 
Bûcheur infatigable
Prêchant pour le CODEP  
Prit souvent son cartable
Pour aller dire la messe
 
Une messe de cyclo
Comme il savait la faire
Sachant bien sa leçon
Pas besoin de bréviaire
 
Comme vous le savez tous
Gestionnaire, extra sur le terrain
Il frôle la catastrophe
Un soir à Saint LUBIN
 
Après ce grave pépin
N’a pas baissé les bras
Oh non, bien au contraire
Courage multiplia
 
Par deux, par trois par dix
ça je peux l’assurer
Tirant guidon d’un bras
Et continuant de rouler
 
Après ce long mandat
Voila qu’il va quitter
Cette prenante fonction
Ou il a tant donné
 
Ne comptant pas son temps
Ce qui n’est pas broutille
Temps de vie personnelle
Et bien sur vie de famille
 
Cher Achille aujourd’hui
Nous sommes tous très émus
Moi en particulier
Et pourtant j’aurai voulu
Sans accents larmoyants
Te dire, enfin, combien
Tu mérites félicitations
Pour ce long bout de chemin
Que tu as parcouru
A la tête du CODEP  
Le tirant, le guidant
Vraiment de main de maître
 
Encore bien d’autres faits
Auraient pu être évoqués
Mais comme dans tout discours
Il faut savoir s’arrêter
 
C’est donc très simplement
Que je te dis MERCI
Une dernière fois
Au nom de tes AMIS

Texte proposé par Jean-Pierre Gaudin.