Accueil > Archives > 2015 > Maillon 2014 > De Poil à Montcuq

De Poil à Montcuq

du 13 au 16 août 2014

vendredi 17 avril 2015, par Philippe LIBOREAU

Pour des seniors le temps « du petit rapporteur » fut une émission télévisée assez marrante et tout le monde ou presque se souvient de la visite télévisuelle du village de MONTCUQ. Ce « trou » n’est pas situé dans le « Bas-Rhin » comme on pourrait le penser mais dans le Lot, au sud ouest de Cahors. L’idée d’une randonnée estivale aboutissant dans « MONTCUQ » fut retenue par une poignée de Vinoliens. Il restait néanmoins à trouver un point de départ sympathique et ce fut dans le Morvan, tout près du mont Beuvray, que POIL se dressa pour accueillir les « six clotouristes » vinoliens et leur accompagnateur. Ainsi était lancé « DE POIL A MONTCUQ » car « 2 POIL A MONTCUQ » était l’objet d’une faute d’orthographe et d’une minoration de la réalité quantitative.

A POIL nous n’en avions plus un de sec. L’abondante pluie du matin n’arrêta pas le pèlerin mais quand même !!! De plus, un grand vent nous hérissa le poil toute la journée. Cependant, l’équipe était tenace et cette 1ère étape nous permit de mirer les beaux paysages du Morvan et de la montagne bourbonnaise ainsi qu’une kyrielle de châteaux et grosses demeures. Bourbon Lancy, Lapalisse, Le Mayet de Montagne furent traversées. Le point culminant de la journée se situait au col de la Plantade. Après 189 kms, nous arrivâmes au site des 4 VENTS de la FFCT   à Aubusson d’Auvergne sous un léger soleil couchant.

Cunlhat, Brioude, les gorges de l’Allier, La Voute-Chilhac, Ruynes-en-Margeride, les gorges de la Truyère, Chaudes-Aigues jalonnèrent notre deuxième étape longue de 179 kms et comptant près de 3000 mètres de dénivelée positive SVP ! Dur dur le massif central, mais superbe.

La troisième étape fut l’occasion de voir la Truyère « a Poil » enfin plutôt sans eau au Pont de Tréboul. Et nos organismes furent mis à mal dans la montée jusqu’à Cantoin. Personnellement, j’en avais plein « Montcuq ».

Après un déjeuner sur l’herbe à Entraygues-s/Truyère, et une « petite erreur de parcours » nous fîmes une halte à CONQUES, magnifique village sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.
L’arrivée à la Cassagnolle fut hasardeuse mais ce relais St-Jacques fut l’occasion de rencontrer Jésus (et oui, le gérant s’appelle Jésus Gomez) au terme de 168 kms de routes escarpées.
La dernière étape, plus courte et ensoleillée, constituait notre « étape des champs Elysées ». Longeant la vallée du Lot et passant à Cajarc la route en faux-plat descendant était l’occasion de mouliner et cela contrastait avec les difficultés des journées précédentes.

Nous ne pouvions pas ne pas nous arrêter à St-Cirq-Lapopie, ce village lauréat de l’émission « le village préféré des français » de 2012, ni à Cahors au pont Valendré.

L’arrivée aux abords de MONTCUQ fut digne d’une étape du Tour (de Montcuq). « Socquette légère » nous fit les derniers kilomètres la selle « dans le trou… du cuq » et « jambes de feu » dût s’employer jusqu’à plus de « poil » de sec pour que les poursuivants se rapprochent de l’échappé. Après une accélération fulgurante telle « la courante dans Montcuq » JP vint ruiner les chances de « Socquette légère » d’entrer dans Montcuq en vainqueur !

Au terme de ces cent derniers kilomètres, nous eûmes l’occasion de faire le tour de Montcuq à pied et de découvrir ce « trou » ordinaire si ce n’est le nom qu’il porte..
Nous avons cherché l’arrêt de Montcuq en vain.
Nous conserverons, à n’en pas douter, un excellent souvenir de Montcuq et des routes qui y mènent, enfin celles que nous avions choisi.

A Daniel, Carlo, Jean-Paul, Serge, Hervé et Claude